Le tatou

leon-amorelli-obcO4zhwDfU-unsplashIl était une fois… un tatou, eh oui, un tatouage. Celui-ci est apparu tout bonnement sur une omoplate. Cet ado qui se croyait adulte n’en a fait qu’à sa tête et s’est fait tatouer, comme ça, un soir de semaine ! Quelle ne fut pas la surprise de la matriarche qui avait bien prévenu : « Pas avant tes 18 ans, et as-tu les sous pour te payer cet art (qui devenait si populaire) ? Tu dois t’informer de la propreté et des procédures d’aseptisation. »

En fait, le jeune a beaucoup souffert lors des piqûres et, n’ayant plus les sous pour terminer ce qui devait ressembler à un dragon, rentra chez lui, discrètement pour ne pas attirer l’attention.

Encore aujourd’hui, ce tatou n’est qu’un contour noir qui ressemble plus à un décalque qu’à autre chose.

Parfois, la sagesse a raison sur la jeunesse.

Catherine Lalonde | Coordonnatrice 

Articles Recommandés
Team_pic_1markus-spiske-iar-afB0QQw-unsplash